Saison pluvieuse : DIFFICILE EXTRACTION DU SABLE ET DU GRAVIER DANS LE FLEUVE A KALABAN-CORO

Des exploitants de sable en oeuvre dans le fleuve Djoliba

Aux abords du fleuve Djoliba au niveau de la commune rurale de Kalaban-coro, on y mène plusieurs activités économiques. En effet, certains groupements d’intérêt économique (GIE) et des jeunes ruraux en quête d’emplois y trouvent leur compte. C’est le cas des GIE d’exploitation de sable et de gravier dont le président est Boubacar Karagnara. «Pour créer un GIE d’exploitation de sable et de gravier ici, il faut d’abord être propriétaire de camion benne et être à jour dans le paiement de la cotisation qui fait 100.000 FCFA par trimestre. Il faut également avoir un permis d’exploitation qui coute 150.000 FCFA. Ce permis est délivré par la mairie de Kalaban-coro», détaille Boubacar Karagnara.
Il n’y a pas de critère de sélection pour les jeunes ouvriers qui se regroupent très tôt le matin sur des lieux de rencontre comme le carrefour de la gendarmerie de Kalaban-coro et le tournant appelé par les riverains «Place CAN» à Kabala. Les camions benne de passage font des escales techniques permettant aux jeunes d’embarquer pour se rendre sur les sites d’exploitation.
Amadou Dolo, un exploitant de sable et de gravier, explique que chaque matin,  il faut se présenter au bord du fleuve à partir de 6 heures pour se faire inscrire sur une liste avant d’espérer descendre dans l’eau du fleuve et extraire du sable ou du gravier.
Il ajoutera que les exploitants sont rémunérés à 2000 FCFA par chargement de camion pour le sable et 4000 FCFA pour le gravier et cela par les propriétaires des GIE. Amadou Dolo qui vit de ce travail depuis maintenant plus de 3 ans, en temps normal, peut recharger une dizaine de bennes par jour pour rentrer souvent avec 20.000 FCFA en famille.
Mais l’activité est difficile en saison pluvieuse, car avec les grandes pluies l’augmentation du niveau d’eau du fleuve empêche l’exploitation et pour éviter le risque de noyade, les activités d’exploitation deviennent rares. En hivernage, la recette journalière chute jusqu’à 6.000 FCFA. Seule l’exploitation du sable est souvent possible. C’est pour cela que le prix de chargement du camion de sable et de gravier devient aussi cher.
Au lieu de 75.000 FCFA, il augmente jusqu’à 80.000 FCFA pour le sable et 90.000 à 100.000 FCFA pour le gravier.

Aliou Badra
DOUMBIA

Related posts

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *