Mopti : FORMATION QUALIFIANTE DE 245 JEUNES À SOUFOUROULAYE

Au titre de l’année 2018, un groupe de 245 jeunes garçons et filles des Régions de Mopti, Tombouctou et Gao ont reçu, jeudi 28 juin dernier, leurs attestations et kits d’insertion. Ils ont participé à une session de formation de deux mois organisée par le ministère de la Jeunesse et de la Construction citoyenne, en partenariat avec le PNUD. La cérémonie de clôture présidée par le secrétaire général du ministère de la Jeunesse et la Construction citoyenne, Drissa Guindo, s’est déroulée dans les locaux du Camp de jeunesse de Soufouroulaye.
Plusieurs personnalités ont participé à la fête dont le représentant du directeur pays du PNUD, Oumar Tamboura, le coordinateur du Pro-gramme conjoint jeunesse et résilience du PNUD, Baber Abdou Dicko, le directeur national de la jeunesse, Sina Dembélé. L’évènement a aussi enregistré la présence de Mme Hadja Djenéba Sow, la promotrice du centre qui avait en charge la formation, et les autorités locales de la commune rurale de Sio.
Les 245 jeunes gens, dont 62 filles, ont suivi le stage dans le camp de Jeunesse de Soufouroulaye et dans deux centres privés à Sévaré. Le programme a été monté autour de cinq corps de métiers que sont la construction métallique, la menuiserie bois, la teinture, la coiffure esthétique et la mécanique engins à deux roues. Cette session, la 4ème du genre, s’inscrit dans le cadre de la mise en œuvre du projet de « réinsertion socioprofessionnelle des jeunes à Tombouctou, Mopti et Gao». Depuis bientôt trois ans, cet additif du «Programme conjoint jeunesse et résilience» est financé par le Royaume de la Norvège, à hauteur de 1,6 milliard Fcfa. L’objectif est de former 1350 jeunes des 3 régions cibles par apprentissage, leur dotation en kits individuels d’insertion socio-économique.
Le président du conseil régional des jeunes de Mopti, Djougal Goro, et la porte-parole des apprenants, Aïssa Konaté ont joint leurs voix à celle de la représentante du maire de Sio, Djénéba Ndaou, pour souhaiter la bienvenue aux hôtes et remercier les pouvoirs publics pour les opportunités d’employabilité qu’ils ne cessent d’offrir aux jeunes du Mali. Le représentant du directeur pays PNUD a rappelé que parallèlement à cette session, en 5ème région, 255 autres jeunes ont été formés sur place dans les centres privés à Tombouctou et Gao, portant le nombre à 500 pour la seule année de 2018. Il s’est réjoui des résultats probants acquis par le projet. La prévision de formation de 1350 jeunes a été revue pour atteindre 1400 jeunes dont 500 filles. Tous ont été dotés de kits correspondant à leur domaine de formation.
M. Tamboura a rappelé que l’action des Nations Unies s’inscrit dans la dynamique de création d’opportunités pour les jeunes et surtout d’emplois décents. Leur insertion sociale sera facilitée. Ils seront dissuadés de s’engager dans des activités illégales, notamment l’extrémisme violent, la migration clandestine, le banditisme sous toutes ses formes.
Tenant compte de la fin du projet courant 2018, le gouvernement à travers le ministère de la jeunesse et la construction citoyenne est invité à murir la réflexion en vue de la mise en place d’une stratégie appropriée. Elle canalisera les jeunes et renforcera davantage les capacités de tous les jeunes sans emploi et sans qualification. Il leur sera offert des opportunités pour un lendemain meilleur.
L’ambassadeur du Royaume de la Norvège a été remercié pour son engagement constant pour la promotion de la jeunesse et la consolidation de la paix au Mali. Un vibrant hommage a été aussi rendu aux partenaires qui ont contribué au renforcement de la résilience des jeunes et des femmes du septentrion. Il s’agit du Bureau de prévention des crises des Nations unies, du Fonds pour la consolidation de la paix et du Fonds des Nations unies pour la sécurité humaine.
Le secrétaire général du ministère de la Jeunesse et la Construction citoyenne, Drissa Guindo, a magnifié les actions du PNUD et de son partenaire stratégique, le Royaume de Norvège. Ils créent des emplois en faveur de jeunes affectés par le conflit. Ces formations aideront les jeunes à s’auto employer, afin de mieux s’insérer dans les différents circuits économiques du pays. Ils seront des acteurs et non des spectateurs du développement, a expliqué Drissa Guindo. Il a adressé les remerciements du gouvernement du Mali au PNUD et au Royaume de Norvège pour le partenariat dynamique à l’effet de faire de la jeunesse un atout pour le développement durable du Mali.
Dramane
COULIBALY
AMAP-Mopti

Related posts

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *