mardi 21 novembre 2017

Header ad
Header ad

1er Congrès du ROAMA : La lutte contre le Paludisme en point de mire

L’hôtel Kempeski abrite depuis hier le premier congrès du Réseau ouest africain de développement des médicaments antipaludiques (ROAMA). La cérémonie d’ouverture était présidée par le recteur de l’Université des Sciences techniques et Technologie de Bamako (USTTB), le Pr Adama Keita. C’était en présence du président de la commission d’organisation de ladite rencontre, le Dr Issiaka Soulama, du coordonnateur du ROAMA, le Pr Abdoulaye Djimdé et de nombreuses autres personnalités. La rencontre s’attachera à présenter les résultats saillants des recherches menées par ledit réseau, aux autorités sanitaires et  aux communautés nationales et internationales.
Selon le coordonnateur du ROAMA, le paludisme demeure non seulement un problème majeur de santé publique, mais constitue également un frein au développement économique de l’Afrique Sub-saharienne. «Jusqu’à présent, les médicaments antipaludiques constituent la pierre angulaire de la prise en charge des cas de paludisme », a-t-il déclaré.
Cependant, dit-il, le parasite du paludisme a la fâcheuse habitude de développer des résistances aux médicaments antipaludiques, ceci  rend indispensable la mise au point ainsi que le développement clinique constant de nouveaux antipaludiques. De son point de vue, les objectifs du contrôle du paludisme ne pourraient être atteints sans une forte implication des scientifiques qui sont directement affectés par ladite maladie.
« Depuis sa création, en 2010, le ROAMA s’était fixé, entre autres, comme objectifs de construire un réseau de partenariat entre tous les pays membres, de développer la recherche des médicaments antipaludiques. Il s’est  attaché à former les  différents personnels de la santé et à développer des laboratoires et sites de terrains pour les recherches », a expliqué  le Pr Abdoulaye Djimdé. Tous ces objectifs ont été atteints, a-t-il témoigné. Il a remercié l’Union européenne pour leur appui technique et financier et le gouvernement ainsi que tous leurs partenaires pour  leur accompagnement constant.
Par ailleurs, le Pr Adama Keita a souligné que cette rencontre est le fruit de la collaboration entre l’USTTB et le ROAMA. Durant 7 ans, poursuit-t-il,  des chercheurs du Mali, du Burkina Faso, de la Guinée Conakry, de la Gambie, de la Grande Bretagne, de la Suède, de l’Allemagne et de la France ont conjugué leurs efforts pour l’atteinte des objectifs du Réseau ouest africain de développement des médicaments antipaludiques.  Ce réseau permet de contribuer au développement clinique de l’artesunate-pyronaridine et de la dihydroartemisinine-piperaquine et de renforcer les capacités humaines de différentes équipes dans divers domaines de la recherche clinique.  Il vise également à renforcer l’infrastructure de recherche dans les laboratoires ainsi que dans les sites de recherche et à former une véritable recherche transnationale.
Le recteur de l’USTTB a révélé que durant les recherches, son université était non seulement  le responsable légal mais aussi le  premier propriétaire des résultats des différentes études menées. Durant trois jours, les chercheurs partageront les détails des résultats obtenus avec les autorités sanitaires et les représentants de la sous-région.

Mariam F. DIABATE

Articles connexes

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *